dimanche 6 novembre 2011

RUE DE MALZEVILLE

La rue de Malzéville encore coupée par le passage à niveau
Quel sera l'aspect de ce quartier d'ici quelques années ?
Le boulevard urbain coupera cette rue avec quel aspect ? un rond-point à chaque carrefour ? A voir ultérieurement.

photos des
8 Novembre 1997
et
23 Septembre 2011

8 commentaires:

  1. Il était prévu de faire passer la ligne 2 du tram sur l ancienne voie ferrée mais projet abandonné...
    dommage...
    alex

    RépondreSupprimer
  2. Sur cette voie ? pour ma part j'ai toujours entendu parlé d'un boulevard urbain.

    RépondreSupprimer
  3. Encore un coin que je connaissais tout gamin. Merci Gérard. Par contre je le connaissais avec une station-service entre les deux rues. Le fils allait avec moi à l'école rue Saint-Fiacre.
    Un petit coucou du sud de l'Alsace
    J.F. CAP

    RépondreSupprimer
  4. Oups, j'ai oublié de préciser que ma remarque concerne la première photo. Si je ne me trompe pas, c'est bien la rue de Malzéville. Au coin de la photo c'est la rue Oberlin. Et au fond c'est les batiments de "Pierette tiente nette"
    comme on disait à l'époque dans les années 60

    RépondreSupprimer
  5. Bien vu sauf pour "Pierrette Teintnet" qui est à Malzéville. Le bâtiment en question c'est un des vestiges des anciennes tanneries LUC du début du XX° siècle qui se trouve à Nancy au bord de la Meurthe rive gauche.

    RépondreSupprimer
  6. Mais bien sûr, en dessous des tannneries sortait "le collecteur", grosse sortie d'une partie des égoux de la ville de Nancy qui se jetait à ciel ouvert dans la Meurthe, et je ne vous explique pas les excréments humains qui flottaient à la surface. Là où tôt le matin, des pêcheurs "professionnels" en arrêts maladie ou au chôm-dû se battaient presque pour avoir la meilleur place (celles en aval) et faire des bouriches entières de gardons, d'ablettes et de blêmes toutes pâlottes qui à peine mises dans la bouriches avaient le ventre en l'air le restant de la journée. Peu importe, en en fin d'après-midi, nettoyage et rinçage à l'eau "claire" à la sortie du collecteur et ces poissons se retrouvaient dans des assiettes de certains restaurateurs peux scrupuleux de la provenance de ces poissons. Et après des gros malins Nancéeins disaient pour épater la galerie, Ho!!! (prout, prout)cher ami, nous avons mangé hier au restaurant "untel" une friture de poissons frais Ho !!!! (prout, prout) un véritable égale. MDR
    J.F. CAP

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour
    Attention il y avait rue du Crôsne deux égouts collecteurs,
    Celui dont vous parlez se situait à l'extrémité de la rue du
    même nom, juste au dessous de l'actuel pont Vayringe.
    Par contre celui des tanneries existe encore mais ne déverse
    que des eaux de pluies. Jadis on pouvait y voir couler
    dans la Meurthe des résidus rougeâtres issus des tanneries.

    RépondreSupprimer
  8. En 1960 voir 1970, c'est n'est pas que les eaux des tanneries qui coulaient là. Au faite, les tanneries ont fermé leur porte en ? moi perso je n'ai pas la date. Pour info, mon père travaillait à la Ville de Nancy à l'époque aux services des eaux et des égoûts comme chauffeur. Le dépôt de ce service était situé entre le coin de la Pépinière et le canal à la place actuelle des arches de la VEB. Le collecteur qui passait en dessous de la tannerie servait non seulement à déverser les eaux de pluie mais surtout à déverser, dans les années là les eaux "usées" d'une partie comme dit en haut, des égoûts de Nancy. Canalisations d'égoûts qui avait été connecté sur celui là. Nancy n'a jamais eu deux systèmes d'égoûts différent ou un pour les eaux de pluie et un autre pour les eaux "usées" tout partait dans les mêmes canalisations. Je n'ai pas parlé du 2ème collecteur car celui que les passants sur le pont de Malzéville voyaient le plus près était celui en-dessous de la tannerie. D'ailleur il n'y était pas rare de voire accoudés au parapet du pont bon nombre de badauds qui étaient "aux premières loges" pour assister à la pêche "miraculeuse" et les conversations allaient bon train. Autre détail qui vaut son pesant d'or ou son pesant d'autre chose ...., Ce collecteur était appelé par les pêcheurs locaux "Le colombarium" du nom "colombin" qui veut en français (petit cylindre de terre) mais qui veut dire en langage de la rue ou voir en argot ........
    encore une sacré époque ....
    J.F. CAP

    RépondreSupprimer